Le forumAccueil du site

Accueil du site > Les écrits > Témoignages

Témoignages

 Naissance de projets

Dire qu’il y a quelques temps, je n’envisageais pour tout avenir que le moyen d’en finir ? Me jetterai-je par dessus un pont ? Ou plutôt des falaises d’Etretat ? Qu’adviendrai-t-il de la personne qui me trouverait pendue à la fenêtre de ma chambre ? Quel serait le risque de se rater en prenant trop de cachets ? J’allais jusqu’à penser que mourir en tripant, dans un voyage truqué, serait une belle mort, juste une overdose ? Et bien, ce temps est révolu !!! Quel bonheur de n’avoir mis aucun de ces projets en action ! Car aujourd’hui, j’ai compris que sauter d’une falaise est un geste de liberté uniquement, quand, au bord de l’impact, l’élastique se tend et qu’à toute vitesse, la remontée fait battre le c ?ur à folle allure. Que le frisson est d’autant plus fort quand, au dernier moment, l’obstacle est évité. Aujourd’hui, je veux toujours sauter, je veux encore voler, je veux encore rêver ? mais il n’est pas question d’en mourir ! Au contraire, juste vivre à 200 à l’heure, goûter cette vie grisante et forte, sentir mon c ?ur battre, simplement le goût de la vie. Je suis une survivante, une survivante de l’inceste. Et de prendre conscience d’avoir survécu à cette horreur me donne connaissance de la valeur de la vie. L’énergie qu’il m’a fallu solliciter pour survivre, je vais maintenant l’employer à vivre. Et de l’énergie, vu ce que j’ai enduré, je ne doute pas que j’en ai à foison ! Et voilà que naissent de nouveaux projets, de nouvelles projections. Mon avenir ne sera pas noir. Non, bien au contraire, il va s’emplir de couleurs. Je vais triper : faire des voyages, des tas de voyage à travers le monde, à la rencontre des populations, des cultures et mode de vie parce qu’aujourd’hui je connais mes propres valeurs. Je vais voler : en parachute, en deltaplane, en saut à l’élastique, en hélicoptère, en montgolfière parce qu’aujourd’hui je connais mes rêves. J’irai au bout de moi-même dans des randos insolites, dans des climats extrêmes, dans des projets inattendus, dans des défis que je me lancerai parce qu’aujourd’hui je connais mes propres limites. Je vais m’émerveiller devant un lever de soleil, devant un rire d’enfant, devant un ciel étoilé, devant les premiers pas du caneton, devant la fleur qui s’ouvre, devant le lapin qui gambade, devant un couple d’amoureux, devant la colère d’un enfant, devant le vieil homme qui ferme les yeux dans un soupir heureux. La liste est infinie, ces choses sont tout autour de moi, partout, à tout moment, trop nombreuses pour que je puisse toutes les capter ; toutes ces choses, ce n’est rien d’autre que la vie. Mais je dirai plutôt, c’est LA VIE ! J’en ai fini de cauchemarder, et je troque ces cauchemars monochromes contre des rêves multicolores, des rêves éveillés qui poussent à l’action, des rêves qui résonnent dans mon c ?ur et ma tête parce qu’ils sont bons et emplis d’espoir. Je vais transformer mes rêves en réalité. Je vais mettre en action cette phrase, qui, comme un signe, ne m’a pas quitté depuis que je l’ai entendu voilà une vingtaine d’année dans un célèbre conte : « Faites que les rêves dévorent votre vie plutôt que la vie ne dévore vos rêves » Je ne vais pas me voiler la face, j’ai conscience des souffrances, des horreurs, des injustices, des incompréhensions, des aberrations, des abominations ? Alors, à mon niveau, je sèmerai le contraire : du bonheur, de la beauté, de la justice, des explications, du bon sens, de l’amour ! Je ferai des erreurs, je manquerai de courage, je serai fatiguée, lasse et faible. Mais j’essaierai, je recommencerai, je ferai de mon mieux. Bien-sûr, ici je réunis des mots, de beaux mots, de belles envies, de beaux désirs, rien que les formuler c’est leur donner une première naissance, j’ai maintenant entre mes mains, l’opportunité que ces mots se transforment en action ? et je crois avoir déjà commencé, maintenant que c’est parti, j’ai cette responsabilité de ne pas arrêter, le chemin est devant et c’est bon de pouvoir enfin le visualiser !! Pourvu que chacun, quelque soit son passé, ses souffrances, ses errances, puisse un jour accédé à la partie enfouie en lui qui lui donne le goût de vivre ! Croyez moi, même si ça paraît impossible, chacun peut y arriver, même si c’est pas facile, même s’il faut traverser la souffrance, le bonheur est au bout. Puisse chacun s’accrocher suffisamment pour le découvrir de lui-même.

anonyma

2012©Alterneo.net | Le forum | Nous contacter